// Comptes rendus Hommes 3ème Ligue

 

// Mardi 21 février 2017 // VBC Porrentruy – BMV92, 3-2 (23-25  25-23  25-23  22-25  15-9, 131 min)

 

VBC Porrentruy : Loric Friedli, Nicolas Munoz, Mergim Ukshini, Nicolas Prêtre, Quentin Vallat, Maxwell Smith, Théo Paratte, Mickaël Paparella, Luc Fleury, Christopher Bazile, Léo Bringel, Benjamin Mathez.

Être ou ne pas être champion ? Tel était l’enjeu de cette rencontre.

Avec 4 points d’avance mais également un match joué en plus, les visiteurs de Malleray partaient avec un léger avantage psychologique dans cette rencontre au sommet de 3e ligue messieurs. Ils étaient aussi en pleine confiance suite à leur victoire aisée 3-0 face au troisième du championnat, Courtételle, dix jours plus tôt. Du côté de Porrentruy, c’est une équipe chargée à bloc qui est arrivée à l’Oiselier. L’enjeu était simple: gagner pour rester dans la course ou perdre pour laisser le titre à l’adversaire du jour. 12 joueurs contre 12 joueurs, du public et une salle chauffée à blanc; tout était réuni pour faire de ce match un grand match.

Le tirage au sort a désigné Porrentruy pour commencer au service. Micka Paparella s’y est collé et a raté… Premier petit avantage galvaudé, il s’agissait donc de rentrer tout de suite dans la partie pour ne pas laisser les visiteurs développer leur jeu. 0-1 – 1-1 – 1-2 – 3-2 … Les protagonistes se rendaient coup pour coup sans lâcher prises une seule seconde. A la mi-set (12-12), Hans Bexkens est arrivé au service. Avec 3 bonnes mises en jeu, il est parvenu à donner un petit avantage à son équipe. Petit mais ô combien important lorsque chaque équipe ne laisse aucune marge à son adversaire. 

Suite à quoi, également au service, Loric Friedli puis Théo Paratte sont parvenus à combler ce retard puis prendre un point d’avance. Mais malheureusement, ce ne fut pas suffisant. Malleray était désormais en position de force avec Bexkens et Berger au filet. Il n’en fallait pas moins pour faire plier les locaux qui laissaient échapper cette première manche 23-25.

Pour la seconde, le coach Pablo Brenlla a décidé de faire confiance aux mêmes joueurs. Il est vrai que peu de fautes ont été commises d’un côté comme de l’autre et il ne manquait “rien” pour que le match tourne à l’avantage des Ajoulots. Rien, c’est peut-être un peu de chance. Alors que le bataille faisait rage, Nicolas “Mumu” Munoz, par 2 fois au service, a touché le filet et la balle est allée mourir juste derrière. Loric Friedli a malmené la défense adverse sur service également et Théo Paratte poursuivait sur la même lancée que durant la première manche avec des attaques imparables à l’aile.

Pour apporter un peu de poids au service et au filet, Pablo a fait entrer les jokers Mergim Ukshini et Christopher Bazile. Un coaching gagnant qui a permis à son équipe de remporter le 2ème set 25-23 et de revenir ainsi dans la partie.

Au début du 3ème set, les joueurs avaient déjà passé 56 minutes sur le terrain. Si rien ne changeait, on se dirigeait vers une rencontre record. Et rien n’a changé.

Du côté de Malleray, tantôt Gianpietro, tantôt Hans Bexkens y allaient de leur série de services pour maltraiter leurs jeunes adversaires. En face, c’est Luc Fleury qui a répondu de la meilleure des manières avec une série de 6 services. Théo également n’y est pas allé de main morte. A ce petit jeu, Porrentruy était plus fort. Le bloc visiteurs n’a pas suffi à faire douter les locaux qui remportaient ce set 23-25 en 35 minutes.

Ensuite, c’est au filet qu’il a fallu trouver des solutions. Le bloc adverse étant très performant, Porrentruy a commencé à combiner et à varier les attaques pour compenser le manque de vitesse. Malheureusement, cela n’a pas suffi. Après un set de « seulement » 26 minutes (22-25), BMV égalisait à 2 partout et offrait au public une 5ème manche décisive.

Durant cette manche, la fraicheur des jeunes Bruntrutains à très certainement fait pencher la balance. L’expérience de LNA en face n’a pas suffi. Les locaux ont rapidement pris l’ascendant. Ils étaient déjà devant au changement de côté et ont pris quelques points d’avance grâce à une jolie série de service du “joker” Maxwell Smith. Suite à ça, à 11-7, ils n’avaient plus qu’à gérer la fin de match sans faire de faute. A 14-9, suite à un service “assure” de Mumu, Gianpietro commettait l’ultime faute de la partie en frappant dans le fil. Résultat final: 15-9.

Les deux équipes ont proposé un match de haut niveau de 3ème ligue ce mardi soir à l’Oiselier, affolant les statistiques (131 minutes de jeu, 110 à 105), offrant à leurs entraîneurs et au public un joli spectacle et de fortes palpitations, lorsque leurs protégés se retrouvaient acculés dans les cordes. Ce match prouve que ces 2 équipes n’usurpent, de loin pas, leurs places en tête du classement.

Merci au public, merci aux joueurs et aux remplaçants qui sont restés sur le banc durant près de 2h30 et bravo pour cette belle victoire bruntrutaine qui annonce une fin de championnat palpitante.

 

// Samedi 10 décembre 2016 // VBC Porrentruy – VBC Sixième Set, 3-0  (25-23  25-19  26-24)

 

VBC Porrentruy : Pablo Brenlla, Loric Friedli, Nicolas Munoz, Mergim Ukshini, Nicolas Prêtre, Théo Paratte, Luc Fleury, Mickaël Paparella, Benjamin Mathez.

L’essentiel, sans plus

Depuis 2 ans, les confrontations avec Sixième Set ont pour enjeu plus que les trois points de la victoire. Dans ce climat spécial, les hommes de Pablo Brenlla se devaient de bien entamer la partie. Malheureusement, ça c’est la théorie. Dans la pratique, c’est autre chose. Dès les premiers ballons, Loric aligne 2 « doublés ». En défense les jeunes sont imprécis et manquent leurs services. Résultat : 2 – 6 pour les visiteurs qui profitent de leur expérience pour bien entrer dans la partie.

C’est le moment choisi par Mumu pour placer une chaussette au meilleur attaquant adverse. Il n’en fallait pas plus pour réveiller ses coéquipiers et ainsi recoller au score. Après un set serré où tantôt Porrentruy tantôt 6e7 ont mené, c’est finalement les locaux qui parviennent à s’imposer sur le fil 25 – 23.

Dans la deuxième manche, on prend les mêmes et on recommence… 2 – 6 pour les visiteurs. Aucune raison de changer de tactique… ça a marché au premier set, Ce n’était pas du goût du coach qui a remonté les bretelles de son équipe rapidement. Comme un seul homme, toute l’équipe s’est alors mise à dérouler. Attaques, blocks, feintes, services gagnants, etc. Tous les moyens sont bons pour faire des points et les locaux en ont usé et abusé pour rapidement mener au score et empocher assez aisément le 2e set.

Pour ne pas déstabiliser son coach, l’équipe à tout naturellement décidé de laisser l’avantage à son adversaire jusqu’à 2 – 6 au 3e set. Fort d’un excellent contre et grâce notamment aux attaquants d’aile particulièrement en veine, Porrentruy a tenu le choc jusqu’à 22 – 22. Après un service manqué, Porrentruy s’est retrouvé dos au mur, à 22-, puis 22-24. Mais il était écrit que quoi qu’il arrive, Porrentruy serait trop fort pour son adversaire du jour. Il a fini par empocher cette 3e manche 26 – 24 et trois précieux points dans la course au titre.

 

// Samedi 24 septembre 2016 // VBC Porrentruy – VBC Val Terbi 3-0 (25-20, 25-16, 25-23)

 

Porrentruy : Loric Friedli, Théo Paratte, Andy Terrier, Nicolas Munoz, Nicolas Prêtre, Aurélien Theubet, Guillaume Bandelier, Luc Fleury, Benjamin Mathez, François Mouttet, Maxime Dubey, Mergim Ukshini, Antoine Volpato.

Les « vieux » font le job, les jeunes découvrent le championnat

Titrée lors des deux dernières saisons de 3ème ligue, la jeune garniture de la filière masculine aura fort à faire cette saison, dans un championnat qui débute par une phase qualificative en 5 matchs afin de rejoindre le « groupe titre », ou au contraire le « groupe classement ».  Les ambitions de Porrentruy sont claires : défendre son titre dans le groupe fort, et par la même occasion entrevoir la possibilité d’inscrire une équipe HM19 (orpheline de championnat faute d’adversaire) dans le groupe classement ; cela permettrait aux nombreux nouveaux juniors d’avoir du temps de jeu à un niveau qui leur correspond.

Une victoire était donc nécessaire face à Val Terbi, catégorisé « homme loisir » mais qui possède malgré tout quelques joueurs d’expérience et qui a déjà par le passé joué de mauvais tours aux Ajoulots.

Le match a en effet été très vite accroché, il a fallu attendre le milieu du premier set pour que Porrentruy impose sa puissance au filet et la fin de set pour voir plusieurs joueurs fouler pour la première fois les parquets régionaux en match officiel.

Le deuxième set a été plus facile pour des locaux qui ont pu compter sur un 6 de base solide pour continuer de faire tourner en fin de set. Alors que l’on se dirigeait vers une victoire sans histoire, Val Terbi a joué son va-tout et a montré que l’on sait jouer au volley en Terre Sainte ! Menés jusqu’à 23 Porrentruy a pu fêté in extremis une victoire en 3 sets, pas forcément méritée pour un vaillant Val Terbi.

Une partie importante du chemin a été faite en vue du groupe titre, mais il reste encore du travail pour la jeune garde ajoulote avant d’atteindre son objectif.

 

// Vendredi 04.03.2016 // Porrentruy – Sixième Set 3-0 (25-16 25-16 25-22)

 

Porrentruy : Nicolas Munoz, Andy Terrier, Nicolas Prêtre, Loric Friedli, Corentin Monin, Guillaume Bandelier, Antoine Membrez, Alan Marquis, Aurélien Theubet, Mickael Paparella, Pablo Brenlla.

Oiselier B : 15 spectateurs. Arbitre : Lucas Randez

Le plus dur est fait

Les hommes de troisième ligue ont peut-être fait le plus dur dans leur championnat ce vendredi. En venant à bout de leur « meilleur ennemi » Sixième Set, ils ont écarté le dernier épouvantail qui se dressait sur la route qui pourrait les mener au titre.

Comme en novembre dernier sur les hauteurs de Prêles, la troupe de Pablo Brenlla n’a pas véritablement laissé le temps d’espérer quoi que ce soit à son adversaire. D’emblée conquérants, appliqués et concentrés, l’on a vite senti les H3 un ton en-dessus de leur invité. Comme souvent, lorsque la rencontre est abordée avec tout le sérieux nécessaire, Porrentruy s’est très vite envolé.

La réception représente sans doute le secteur où le chef de file bruntrutain a fait la différence par rapport à son contradicteur. Très propre, elle a pratiquement toujours donné au passeur la possibilité d’utiliser son attaquant de centre. A contrario, Sixième Set a éprouvé toutes les peines du monde à gérer la pression que Porrentruy a mise sur lui au service.

Seule ombre au tableau, la capacité à rester concentré et juste en attaque. On a d’ailleurs déjà eu maintes fois l’occasion de le constater au cours de cette saison, lorsqu’il s’agit de simplement mettre la balle dans le terrain, les Ajoulots ont une indéniable capacité de se compliquer la vie. A de nombreuses reprises, ils ont privilégié l’esthétisme, le beau jeu et la prise de risque à l’efficace simplicité. Un défaut –étroitement lié à la jeunesse du groupe, à n’en pas douter- qui sera certainement le principal ouvrage de la prochaine saison.

Toutefois, avant de se tourner vers le prochain exercice, il reste deux rencontres à disputer aux H3. Avec un très mince avantage de deux unités sur son dauphin, Courtételle, la marge d’erreur demeure pratiquement nulle. S’ils comptent conserver leur titre de champion, pas d’autre choix que de s’imposer jeudi contre SMG Bienne et le week-end suivant à Bienne également contre Volleyboys. Si Porrentruy évolue au niveau qui est le sien, la première place semble lui être promise. Il a toute les clés en main.

 

// Lundi 08 février 2016 // Val Terbi – VBC Porrentruy 0-3 (10-25 13-25 14-25)

 

Porrentruy : Nicolas Munoz, Alan Marquis, Mickael Paparella, Aurélien Theubet, Andy Terrier, Antoine Membrez, Pablo Brenlla, Nicolas Prêtre, Corentin Monin, Loric Friedli. Entraîneur : Pablo Brenlla.

Notes ; Courroux, 10 spectateurs. Arbitre M. Vincent Brêchet. Porrentruy sans Théo Paratte (blessé).

Une belle application

Une semaine après avoir lâché ses premiers points de la saison dans le choc au sommet à Courtételle, la troupe de Pablo Brenlla a su parfaitement réagir. Elle s’est remobilisée et impliquée à 100% dans sa partie. Et pourtant, on le sait ; voyager un lundi soir à Courroux pour y affronter Val Terbi n’est jamais chose aisée. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le style de jeu des joueurs de la Terre Sainte ne favorise en rien la pratique d’un volley divin. Ce d’autant que face à ce genre d’équipe, les Bruntrutains cultivent la fâcheuse tendance de se reposer sur leurs acquis et ainsi de tomber dans les travées de la suffisance.

Résolument décidés à montrer que la déroute de Courtételle n’était qu’un accident de parcours, les H3 ont emmanché la rencontre par le bon bout, et c’est le moins que l’on puisse écrire. Ne menaient-il pas 6-0 au premier temps mort grâce à une série de services… d’Aurélien Theubet ? Ce soir, tout est allé bien trop vite pour une formation de Val Terbi qui a fait ce qu’elle a pu pour limiter la casse. Quelques instants plus tard, le score était déjà passée à 11-1. Dans de bonnes dispositions, Porrentruy a pris du plaisir et n’a laissé que des miettes à son pauvre hôte.

Chose qui n’est pas forcément toujours allée de soi, Pablo Brenlla a même pu se permettre de ménager Corentin Monin -l’homme à tout faire des deux équipes masculines- durant les deux derniers sets. Autre petit luxe que l’entraîneur bruntrutain s’est offert : il a lui-même pris les affaires en main et joué le troisième acte à la passe. La fête fut totale.

Si le résultat paraît aujourd’hui logique au vue de l’excellente saison que Porrentruy réalise en troisième ligue et de la différence criarde de niveau qu’il a pu y avoir entre les deux équipes, il est opportun de se rappeler qu’une année auparavant, ce même Porrentruy mordait la poussière 3-1 dans cette salle.

 

// 26 novembre 2015// H3 - VBC Sixième Set – VBC Porrentruy 0-3 (21-25 23-25 16-25)

 

VBC Porrentruy : Nicolas Munoz, Andy Terrier, Théo Paratte, Aurélien Theubet, Mickael Paparella, Alan Marquis, Corentin Monin, Loric Friedli, Guillaume Bandelier Nicolas Prêtre, Antoine Membrez.

Salle de Prêles, 10 spectateurs. Arbitre : Sven Tschanz. La rencontre débute avec dix minutes de retard.

Le meilleur match de la saison ?

Jeudi soir, les hommes de troisième ligue ont terrassé Sixième Set 3-0 à Prêles dans un match au sommet maîtrisé de bout en bout. Après sept rencontres, ils n’ont toujours pas perdu le moindre set.

On peut l’affirmer sans réserve : les jeunes loups bruntrutains ont réalisé une performance de tout premier ordre. En écrasant Sixième Set chez lui, ils ont renvoyé à ses études leur principal contradicteur dans la lutte pour le titre. Si l’on avait émis des réserves quant aux précédents nets succès, notamment en raison de la prétendue faiblesse des adversaires affrontés, aucune raison cette fois-ci de ne pas considérer pleinement ce résultat.

Un chiffre illustre à merveille la portée de l’exploît accompli ce jeudi 26 novembre : le 1. C’est en effet le nombre de set qu’avait égaré l’équipe du plateau de Diesse avant de recevoir Porrentruy. Autant dire que ce sec et sonnant revers infligé fait figure de gifle. Un autre fait piquant ajoute encore un peu plus de crédit à la victoire des Ajoulots. Il faut remonter au… 18 mars 2010 et une défaite 3-0 contre Nidau B pour retrouver trace de pareille déconvenue devant leur public ; Sixième Set évoluait alors encore en deuxième ligue.

Un jeu propre

Pour parvenir à faire plier cette équipe de la sorte, il fallait bien évidemment proposer un jeu propre et précis, épuré de tous les déchets techniques qui avaient jusqu’ici entâchés les précédentes parties. Résolument travailleurs, appliqués et consciencieux d’entrée de jeu, les Bruntrutains ont d’entrée pris le jeu à leur compte. Dans un premier set qu’elle rapidement su faire tourner à son avantage, la troupe de Pablo Brenlla a ainsi limité au maximum les points donnés gratuitement. Domaine où elle péchait encore passablement jusqu’ici –sans doute en raison d’une hargne parfois absente-, elle n’a laissé tombé pratiquement aucun ballon bêtement dans son camp.  Mine de rien, cet effort consenti par Porrentruy a contraint Sixième Set à enfiler le bleu de travail lors de chaque point ; chose à laquelle il n’est de loin pas habitué. C’est d’ailleurs peut-être la-dessus que ce dernier a laissé filé la première manche.

Un secteur a toutefois bien failli hypothéquer les chances des « H3 », la mise en jeu. Dans une rencontre aussi haletante, où tous les points valaient leur pesant de cacahuètes, ils ont raté une somme incalculable de services, souvent dans des moments clés. Heureusement pour lui, Porrentruy a pu s’appuyer sur une sacrée dose de confiance qu’il a emmagasiner depuis le début du championnat. Plus rien, en effet, ne semble déstabiliser ce collectif. Lorsque, à 20-20, une dangereuse tension aurait pu venir semer le trouble dans les esprits jurassiens, c’est d’un calme ségneuriale qu’ils négociaient ces instants décisifs. Il n’en n’aurait certainement pas été de la sorte une année auparavant, preuve des progrès effectués sur le plan mental.

Un bel avenir

Et comme il l’a si souvent fait cette saison, Porrentruy n’a pas lâché son os dans la troisième manche et a profité de son avance pour cheminer sereinement vers la victoire. Rapidement devant au tableau d’affichage, il a très vite éteint les derniers espoirs de Sixième.

Au final, ce match, d’une qualité globale qui n’avait rien à envier à une rencontre de deuxième ligue, a permis de prendre réellement conscience qu’il n’y a pas que la filière féminine du VBC Porrentruy qui marche à plein régime. La formation masculine, cette bande de copains nés en 1994 et plus tard progresse à vue d’œil et mérite que l’on s’y intéresse.

 

// Vendredi 13 novembre 2015 // VBC Porrentruy – VBC La Vendline, 3-0 (25-14  25-16  25-19)

 

VBC Porrentruy : Loric Friedli, Antoine Membrez, Aurélien Theubet, Guillaume Bandelier, Mickael Paparella, Corentin Monin, Théo Paratte, Alan Marquis. Entraîneur : Pablo Brenlla.

Un brin d’arrogance ?

Un nouveau succès 3 à 0 pour les hommes de troisième ligue, mais toujours pas de quoi se montrer pleinement satisfait. Dans une rencontre dont l’issue ne faisait que peu de doutes, les H3 n’ont jamais paru pouvoir appliquer leur plan de match : marquer les points eux-mêmes sans attendre la faute de l’adversaire. En d’autres termes, « lâcher le bras », véritable leitmotiv de Pablo Brenlla depuis son retour au sein du club bruntrutain.

C’est toutefois avant tout un travail psychologique avec son groupe que devra entreprendre l’homme fort ajoulot. En effet, à force de surclasser ses opposants, Porrentruy laisserait presque transparaître une tendance à banaliser ses performances. Une attitude de nonchalance, de lassitude ou de désintérêt qui pourrait être interprétée par de l’arrogance. Cette joie du point marqué commence cruellement à faire défaut à un collectif incapable d’emballer un match, d’y mettre des émotions. L’adversaire s’y prêtait pourtant bien ce vendredi.

A la décharge des jeunes loups bruntrutains, l’absence du passeur habituel, Nicolas Munoz, n’a pas arrangé les affaires des attaquants. Sans rien enlever à la tout de même bonne prestation de Loric Friedli, le couteau suisse de l’équipe, qui a dû occuper la place laissée vacante. Les H3, qui ont eu mille peines à trouver leur rythme de croisière avec leur nouveau passeur, ont pu s’appuyer sur la faiblesse en réception de Vendlincourt pour parvenir à faire la différence dans les trois sets. Heureusement, serait-on tenté d’ajouter, tant ils ont semblé peu enjoués à l’idée d’enfiler le bleu de travail.

Dans un contexte où une certaine monotonie des victoires tend à s’installer dans les rangs bruntrutains, les prochaines échéances tombent à pic. Le prochain rendez-vous, jeudi 26 novembre à Prêles face à Sixième Set, promet de ré-aiguiser à souhait la hargne de cette équipe. Parvenir à poursuivre son parcours vierge de toute manche perdue sur le Plateau de Diesse constituerait une sacrée performance.

 

// 7 novembre// Nidau – Porrentruy 0-3 (21-25 13-25 18-25)

 

VBC Porrentruy : Nicolas Munoz, Théo Paratte, Corentin Monin, Aurélien Theubet, Antoine Membrez, Alan Marquis, Mickael Paparella, Loric Friedli, Andy Terrier. Entraîneur : Pablo Brenlla.

Toujours aucun set perdu

Les rencontres se suivent et se ressemblent pour la seconde garniture masculine. Cinquième partie et cinquième victoire 3 à 0. Les jeunes loups bruntrutains, encadrés par deux joueurs d’expérience, n’ont pas encore égaré le moindre set durant leur parcours. Et pourtant, le premier coup de mou aurait très bien pu survenir en ce week-end du 7 novembre ! Face à une équipe composée également d’éléments en quête d’expérience, formés à l’aide d’une véritable culture du volleyball, tout était toujours possible. Pas de chance pour eux, le rouleau compresseur ajoulot n’a toujours pas décidé de ralentir la cadence.

Mis à part un premier set dans lequel Porrentruy a peiné à trouver ses marques en laissant tomber plusieurs ballons bêtement et en manquant des gestes simples, tout a fonctionné relativement bien pour lui. Comme d’habitude serait-on tenté d’ajouter.

Et lorsqu’on gagne, tout devient plus facile, évidemment. C’est ainsi que plusieurs alternatives ont pu être passées en revue, non sans un certain succès. Loric Friedli a par exemple rendu une très bonne copie en tant que passeur de substitution, et ce durant un set entier.  Set que Porrentruy a d’ailleurs gagné sèchement 13-25.

Pas de quoi pavoiser toutefois. Le mois à venir s’annonce plus que crucial pour cette équipe qui aurait grand tord de s’enorgueillir de sa position actuelle. Elle a en effet tout intérêt à affiner son jeu et tenter réduire au maximum ses imprécisions si elle compte poursuivre son incroyable série. En exceptant la rencontre face à La Vendline –qu’il ne faudra pas sous-estimer et où il s’agira d’éviter la peau de banane- Porrentruy affrontera les trois formations qui se mêleront sans aucun doute à la bataille finale. Parmis lesquels Sixième 7, le meilleur ennemi, et SMG Bienne, toujours extrêmement difficile à manœuvrer.

Pablo Brenlla et ses jeunes devront donc aborder la prochaine échéance, vendredi à l’Oiselier contre Vendlincourt, dans un état d’esprit perfectionniste et excessivement appliqué à la tâche pour ce qui constituera une répétition générale avant le premier grand rush de la saison. 

 

// 24 octobre 2015 // VBC Porrentruy – Val Terbi 3-0 (25-19 25-18 25-21)

 

Porrentruy : Nicolas Munoz, Théo Paratte, Andy Terrier, Alan Marquis, Aurélien Theubet, Mickael Paparella, Nicolas Prêtre, Antoine Membrez.

Le « sans faute » continue pour les H3

Sans briller, les hommes de troisième ligue ont cueilli un nouveau succès ce week-end face à Val Terbi. En se reposant beaucoup sur leur acquis techniques, ils ont fait la différence, sans en rajouter plus qu’il n’y fallait.

Saurait-on en toutefois vouloir à ce Porrentruy-là d’avoir été coupable d’un brin de minimalisme ? Le contexte de la partie n’était en tout cas pas pour l’encourager à faire du zèle. Opposés à une formation dont on sait le style de jeu particulièrement peu léché, orphelins de leur mentor habituel (en voyage à l’étranger et remplacé par Nicolas Geiser), amputés de deux titulaires et tout ceci à l’étroit dans la petite salle de l’Oiselier, les H3 avaient  effectivement beaucoup de paramètres à gérer.

Toujours souverains dans cette rencontre, les jeunes loups bruntrutains se sont donc contentés de faire le nécessaire, sombrant parfois dans la facilité. Mais, et l’on peut s’en réjouir, ils ont prouvé qu’en jouant bien en-deçà de leur meilleur niveau, ils pouvaient assurer l’essentiel. La preuve d’une confiance totale en leurs moyens.

Quatrième partie et quatrième victoire donc, pour le collectif de Pablo Brenlla. Si le résultat comptable de ce début de championnat a déjà de quoi impressionner, la manière dont il a été obtenu l’est d’autant plus. Toujours sur la lancée du titre acquis au bout du suspense la saison dernière, les Ajoulots n’ont toujours pas égaré le moindre set. Certes, les mauvaises langues argueront qu’ils n’ont encore affronté aucun des ténors de la ligue. Mais tout de même.

 

// 26 septembre 2015 // VBC Porrentruy – VBC Tramelan, 3-0 (25-13 25-18 25-22)

 

VBC Porrentruy avec : Nicolas Munoz, Corentin Monin, Loric Friedli, Mickaël Paparella, Alan Marquis, Aurélien Theubet, Théo Paratte, Antoine Membrez, Andy Terrier, Guillaume Bandelier et Benjamin Plumey.

Premier succès pour l’équipe H3

Pour son entrée en matière, l’équipe homme de 3ème  ligue n’a pas tremblé et a cueilli un premier succès important pour lancer sa saison de la meilleure des manières. Pourtant, malgré les allures un peu sèche du score, la troupe de Pablo Brenlla s’est retrouvée en position délicate à plusieurs reprises et a été contrainte de resserrer le jeu pour l’emporter sans perdre de set. La deuxième garniture masculine a envoyé, samedi, un message clair à ses  adversaires. Après avoir conquis le titre au terme d’un match au sommet totalement fou lors de la dernière journée, les jeunes loups de la filière masculine ont montré qu’il faudrait une fois encore compter avec eux. Et même plus que jamais. Avec un contingent relativement similaire à celui de la saison passée, ils pourront en effet compter sur les automatismes d’un groupe qui se connaît bien, qui progresse ensemble et dont une bonne partie des joueurs évolue également dans l’équipe fanion.

Un petit nouveau a toutefois effectué ses premiers smashs dans cette équipe. Loric Friedli, tout droit débarqué de… Tramelan, représentera un apport de choix et une bonne alternative à presque tous les postes pour l’entraîneur Pablo Brenlla. Avec un passé de joueur de LNB, nul doute qu’il offrira une bonne dose d’expérience et de stabilité à un groupe qui reste très jeune et parfois très inconstant. Cette expérience, justement, a fait énormément de bien face à ses anciens coéquipiers. Après avoir enlevé une première manche sans la moindre discussion, les Bruntrutains ont du faire face à départ bien moins tonitruant dans le second opus. N’étaient-ils pas menés 10 à 4 ? Au  service, le nouvel ainé de l’équipe faisait ensuite plier ses adversaires avec de lourdes mises en jeu. De quoi remettre tout le monde d’aplomb en rapportant quelques points gratuits fortement appréciés en la circonstance.

Autre possibilité offerte par l’arrivée de Loric Friedli, la mise en place d’un système à deux passeurs, testé dans le dernier set remporté 25-22. En plus de permettre de souffler à Nicolas Munoz, seul passeur, il permet également de se montrer bien plus offensif avec la présence de deux attaquants de diagonale en permanence sur le terrain. Le tout mérite encore d’être peaufiné, et il subsiste encore de gros déchets à éliminer dans le jeu des « H3 », mais le potentiel demeure énorme pour eux. Prochain rendez-vous face à Courtételle, le 17 octobre !