// News par ordre chronologique

 

// Une dure réalité pleine d'enseignements

26.04.2015

L’équipe M17 du VBC Porrentruy à Tenero, en finales suisses 2015. Un parcours difficile, pas de victoire, mais les sourires restent sur les visages.

 

Le verdict est sévère et passablement cruel pour une équipe qui avait aisément (trop facilement) remporté son championnat régional. Les filles M17 du VBC Porrentruy n’ont pas gagné de match lors des finales suisses 2015, les 25 et 26 avril à Tenero. Du coup, elles prennent le 16e et dernier rang, avec 6 matches joués et un seul set gagné.

C’eût pu être un peu mieux, mais il s’agit d’accepter la réalité sportive : la grande majorité des autres équipes participant à ces finales M17 – globalement d’un bon niveau – avaient un potentiel supérieur au VBC Porrentruy, en puissance physique, en stabilité technique, en capacité à élever leur niveau de jeu. A l’exception de leur capitaine Eva Maillard, les Ajoulotes étaient bien trop tendres, physiquement, techniquement et mentalement.

Au-delà d’une légitime déception – encore que l’équipe a su rester digne et conserver le sourire –, il y a de nombreuses leçons à tirer, et de loin pas toutes négatives. Certes battu, parfois largement, le VBC Porrentruy a aussi su marquer des points et parfois faire jeu égal avec ses adversaires. 

L’équipe M17 du VBC Porrentruy : Eva Maillard (capitaine), Maëva Erard, Fiona Zingg, Nina Valley, Flavie Richert, Jehona Shkodriqi, Célia Schmid, Lise Rebetez, Méline Giulieri, Romane Berret, Vjosa Ferati (libero). Coaches : Roland Zbinden, Serge Jubin.

Peu d’opportunités  le samedi

Les Bruntrutaines ont peut-être eu un tort, c’est de « trop » croire en leurs chances ! Ce d’autant que les adversaires du groupe qualificatif, à l’exception de Cheseaux, ne semblaient pas hors de portée. Cela s’est vérifié : Viège et Gerlafingen n’ont pas joué les premiers rôles de la compétition. Pourtant, ils ont tous deux été supérieurs à un VBC Porrentruy qui a trop vite baissé les bras, en constatant qu’il était mis à mal, notamment par les services adverses.

On savait que le service et la réception de service seraient les clés de la compétition. Or, les Bruntrutaines n’ont bien servi que par intermittence, commettant bien trop de fautes. Et elles ont beaucoup souffert face aux services performants de leurs adversaires.

Ce fut notamment le cas lors du 1er set face à Viège, qui a mené d’emblée 5-0 et 7-1. Le tournoi venait à peine de débuter, et les Ajoulotes prenaient un vilain coup au moral. Elles sont certes revenues à 8-12 et 10-14, mais les failles de fond de camp étaient trop grandes.

Autre coup dur, au 2e set, Jehona Shkodriqi a pris un coup à la tête dans un choc avec une coéquipière. On a craint une commotion, il a fallu l’évacuer et l’hospitaliser. Après une nuit en observation, elle a pu retrouver ses coéquipières le dimanche matin, sans pouvoir rejouer bien entendu.

Pourtant amputé d’un élément, le VBC Porrentruy a malgré tout retrouvé ses esprits dans ce qui apparaissait comme le match décisif du groupe, face à Gerlafingen. Il est bien entré dans le match, menant 6-3 puis 8-6. Avant de connaître un de ces passages à vide qui ont coûté très cher. A 12-22, la cause était malheureusement entendue. Pas vraiment d’espoir non plus au niveau du score au 2e set, même s’il y a de jolis échanges. Gerlafingen l’a logiquement emporté deux fois 25-15.

Restait le plat de résistance, face au spectaculaire VBC Cheseaux. Trouvant des ressources mentales fortes, privilégiant l’audace à la tétanie, les Ajoulotes ont mené la vie dure aux Vaudoises, l’espace d’un bon demi-set (5-8, 8-10). Mais Cheseaux évolue un ton au-dessus, et n’a pas commis de faux-pas. Malheureusement, la « révolte » bruntrutaine s’est arrêtée dans le 2e set, Porrentruy n’obtenant que cinq maigres rotations, laissant filer Cheseaux sans véritablement combattre.

Les résultats du samedi :

  • VBC Porrentruy – VBC Viège (VS), 0 – 2  (12-25 16-25, 48’)
  • VBC Porrentruy – VBC Gerlafingen (SO), 0 – 2  (15-25 15-25, 42’)
  • VBC Porrentruy – VBC Cheseaux (VD), 0 – 2  (15-25 5-25, 28’)

Classement du groupe C :

  1. VBC Cheseaux                    3 – 8  (6-0)     qualifié pour les quarts de finale
  2. VBC Gerlafingen                 3 – 5  (4-3)      battu en barrage par Gordola
  3. VBC Viège                           3 – 4  (3-4)     battu en barrage par Steinhausen
  4. VBC Porrentruy                   3 – 0  (0-6)     joue pour les places 9-16

 

Davantage de sources de satisfaction le dimanche

Les M17 du VBC Porrentruy sont rentrées meurtries d’un samedi difficile. La séance d’équipe, pour mettre un nom sur les difficultés et se reconstruire un moral, a certes fait du bien mais il a fallu se rendre à la froide évidence : le VBC Porrentruy ne disposait pas d’un potentiel pour remporter, ne serait-ce qu’un set. Pourtant, la capitaine Eva Maillard, qui joue aussi en 2e ligue, a courageusement joué son rôle de locomotive. Elle n’a rien lâché tout au long du tournoi, inscrivant au moins la moitié des points de son équipe. Lise Rebetez et Maëva Erard, par intermittences, ont montré un bel engagement et de bons gestes techniques.

Le dimanche matin, le premier adversaire, Rüschlikon (ZH), qui avait manqué son barrage pour un rien (défaite 16-14 au 3e set face au NUC), a montré sa puissance supérieure. Les lacunes techniques n’ont pas pu être compensées par une unique nuit. La réception bruntrutaine a de nouveau plié, et Rüschlikon vite mené 3-8 et 5-15. Mais Porrentruy s’est accroché et est revenu à 15-20. Il aurait alors fallu que le risque paie mieux : deux bons services sont sortis du camp adverse pour quelques centimètres.

Au 2e set, Porrentruy a connu sa meilleure séquence du tournoi, étant performant au service et trouvant en attaque les failles de la défense adverse. Pour le plus grand plaisir des parents-supporters qui avaient fait le déplacement tout le week-end au Tessin (merci à eux), Porrentruy a mené 5-1, puis 8-3 et 13-4. Oui oui, 13-4, avec une belle série de services de Flavie Richert et Nina Valley. Plus puissant, Rüschlikon est progressivement revenu, pour égaliser à 16-16. Porrentruy a trouvé un second souffle, pour mener 21-17 avec deux services gagnants d’Eva Maillard. Puis 22-18 et 23-22. Sans toutefois parvenir à conclure, la faute à cette satanée réception déficiente. Pourtant, en inscrivant 23 points, Porrentruy a prouvé qu’il n’était pas aussi largué que ça.

Impression pas vérifiée dans le match suivant, joué dans la foulée, face aux Grisonnes de Rätia. Seule Eva Maillard a surnagé, mais elle ne pouvait pas tout. Perdant trop vite la rage de vaincre et la confiance, Porrentruy a ensuite sombré, pour s’incliner sans gloire 2-0.

De quoi l’emporter lors de la toute petite finale

Bien décidées à réaliser un baroud d’honneur pour leur dernier match, les Bruntrutaines ont abordé avec entrain la « finale » pour la 15e place, face à Kanti Schaffhouse qui avait jusque-là gagné un match le samedi à face à Baden (9e au final) et pris un set à Gerlafingen. A défaut d’atteindre des sommets techniques, le match a été disputé, avec un bon engagement de part et d’autre. Et un score serré : 8-10, 12-15 au 1er set, puis 19-22. Mais un temps mort de l’adversaire a eu raison d’un Porrentruy enfin plus combatif.

La dernière chance de ne pas rentrer complètement bredouille ayant sonné, Porrentruy a serré les rangs autour d’Eva Maillard pour prendre les rênes du 2e set, menant 6-2, puis 9-5 et 14-11. De part et d’autre, on a alterné de jolis points, bien amenés, mais aussi de vilaines fautes techniques. Bien que rejoint à 17-17, mené 21-22 à la suite de services ratés, Porrentruy a passé l’épaule in extremis à 25-23, pouvant – enfin – laisser éclater sa joie.

Pour l’emporter, il aurait fallu prendre un meilleur départ dans la manche décisive. Entamée par deux services ratés ! A 3-8 au changement de camp, les carottes semblaient cuites. Avec courage et la force d’Eva Maillard, Porrentruy est revenu à 8-11, et même 11-11. Malheureusement, un nouveau service manqué et une réception galvaudée ont permis à Schaffhouse de l’emporter, après un match qui a duré 69 minutes. Porrentruy est sorti la tête haute.

Un coup d’œil à certaines statistiques dit bien que Porrentruy a dû s’appuyer sur trop peu de compétences et de filles « au niveau ». Lors du match face à Kanti Schaffhouse, Porrentruy a inscrit 57 points. Mais n’en a marqué, par lui-même, que 31 (55%), les autres points découlant d’erreurs adverses. Eva Maillard en a inscrit 12 (39%), Flavie Richert 8 (25% - elle a fait son meilleur match), Lise Rebetez 5, dont 3 au service. Puis 3 points pour Méline Giulieri, 2 pour Fiona Zingg et 1 pour Maëva Erard.

Autres chiffres : Porrentruy a effectué 56 services durant cette dernière partie, a marqué 9 points « directs » (le ballon n’est pas revenu dans le camp) et a manqué 12 mises en jeu.

Stats des services, par joueuse (ne sont pas pris en compte les services « neutres », qui sont certes passés dans l’autre camp, mais n’ont pas empêché l’adversaire de construire son jeu) :

  • Lise Rebetez, 3 services-points / 1 service raté
  • Flavie Richert, 2 points / 3 ratés
  • Eva Maillard, 1 point / 1 raté
  • Fiona Zingg, 1 points / 1 raté
  • Méline Giulieri, 1 point / 2 ratés
  • Maëva Erard, 1 point / 3 ratés
  • Nina Valley, 0 point / 1 raté
  • Célia Schmid, 0 point / 0 raté
  • Romane Berret, 0 point / 0 raté
  • Vjosa Ferati est libero et Jehona Shkodriqi n’a pas joué

Résultats du dimanche, pour les places 9-16 :                         

  • VBC Porrentruy – Volley Rüschlikon (ZH), 0 – 2 (17-25 23-25, 47’)
  • VBC Porrentruy – Volley Rätia (GR), 0 – 2 (16-25 6-25, 35’)

Finale pour la 15e place :   

  • VBC Porrentruy – Kanti Schaffhouse, 1 – 2 (20-25 25-23 12-15, 69’)

Des circonstances atténuantes et des leçons

C’est vrai que de terminer au dernier rang est peu glorieux. C’est toutefois oublier qu’il faut commencer par se qualifier pour aller aux finales suisses, et qu’une telle compétition réunit les meilleures formations du pays.

Porrentruy a quelques circonstances atténuantes, qui ne sont pas des excuses, mais des éléments explicatifs. La première a trait à l’âge des filles, en majorité nées en 2000, qui étaient encore en M15 en 2014 (la catégorie M17 est ouverte aux filles nées en 1999 et après). La blessure de Jehona Shkodriqi a affaibli le groupe. Le fait d’avoir remporté trop facilement, faute de concurrence de qualité, le championnat M17 SVRJS, n’a pas suffisamment aguerri des filles qui n’ont pas vraiment eu besoin de s’employer beaucoup jusque-là pour gagner. Le club a certainement aussi commis l’erreur de ne pas envoyer plus vite ses juniors M17 se frotter à plus fortes qu’elles, en M19 ou en D3 par exemple.

Restent les leçons. Même si le défi était particulièrement élevé, il aurait fallu exprimer davantage de hargne, se faire plus violence. La rudesse de l’adversité a trop tétanisé des Ajoulotes dépassées. Un travail mental plus conséquent est indispensable.

Dans un environnement défavorable et autrement plus stressant qu’habituellement, trop de gestes techniques de base n’ont pas été réussis. Comme déjà indiqué, principalement en réception et au service. Ces domaines sont la clé du jeu, plus encore chez les juniors. Il y a là un travail important à réaliser.

Comme l’a dit une joueuse, non sans lucidité : « On n’était pas prêtes pour un tel niveau. » Mais on a pu voir ce qu’il faut faire pour être prêtes !

Même s’il faut la digérer, sans en avoir honte, cette dernière place peut, paradoxalement, constituer le socle d’un nouveau projet : tout faire pour retourner aux finales suisses M17 en 2016, mais cette fois avec d’autres arguments, techniques, d’organisation, mentaux ; avec une expérience plus importante des conditions difficiles, la capacité éprouvée de devoir se surpasser et de réussir, même lorsque la pression est maximale (les trop nombreux services manqués dénotent que la capacité à résister à la pression doit être améliorée).

Il s’agira aussi de « grandir » sportivement, ne considérer une participation aux finales suisses que sous l’angle d’une compétition majeure, où ne peuvent jouer que les filles qui veulent se battre et entrer dans le concept compétitif. Et sortir de cette approche consistant à considérer la participation aux finales comme une récompense.

Il y a beaucoup à apprendre d’une défaite. On peut en sortir plus fort qu’après une performance qui eût pu être davantage « honorable », mais qui aurait peut-être été l’arbitre qui cache la forêt.

Classement final du championnat suisse M17 2015 à Tenero :

  1. GSGV Giubiasco, Tessin
  2. VBC Cheseaux, Vaud
  3. Gym Leonhard, Bâle
  4. Volley Köniz, Berne
  5. SAG Gordola, Tessin
  6. VBC Steinhausen, Zoug (Innerschwiez)
  7. VBC NUC, Neuchâtel
  8. Volley Genève, Genève
  9. VBC Kanti Baden, Argovie
  10. VBC Viège, Valais
  11. TS Volley Düdingen, Fribourg
  12. Volley TV Rüschlikon, Zurich
  13. Rätia Volley, Grisons (GSGL)
  14. VBC Gerlafingen, Soleure
  15. VC Kanti Schaffhouse, RVNO
  16. VBC Porrentruy, Jura

 

// Les filles M17 du VBC Porrentruy aux finales suisses

20.04.2015

L’équipe M17 du VBC Porrentruy, prête au départ : derrière de gauche à droite : Serge Jubin (assistant coach), Romane Berret, Célia Schmid, Maëva Erard, Fiona Zingg, Méline Giulieri, Lise Rebetez, Roland Zbinden (coach). Devant : Jehona Shkodriqi, Flavie Richert, Nina Valley, Vjosa Ferati et Eva Maillard.

 

 

C’est l’ultime rendez-vous sportif d’une très riche saison 2014-2015 : les 25 et 26 avril 2015, les juniors filles M17 du VBC Porrentruy disputent les finales suisses M17, au Tessin, à Tenero. Un endroit qu’elles connaissent bien : ces deux dernières années s’y sont déroulées les finales nationales M15 auxquelles le VBC Porrentruy avait pris part.

Les finales nationales réunissent les champions des 15 régions de Suisse et le club organisateur. Les 16 équipes sont réparties en quatre groupes. Porrentruy jouera, samedi 25 avril, contre VBC Viège (à 11 heures), VBC Gerlafingen (à 13h20) et VBC Cheseaux (à 16h50). Le vainqueur du groupe C sera qualifié pour les quarts de finale ; les 2e et 3e disputeront un barrage samedi à 18h15 contre d’autres 2e et 3e, dont les vainqueurs iront aussi en quarts de finale.

Le programme du dimanche dépend des résultats de samedi.

Les jeunes Bruntrutaines, championnes SVRJS (15 victoires en 16 matches) se sont bien préparées pour la compétition nationale. Elles ont de la motivation à revendre et sont prêtes à rivaliser, sans complexe, avec leurs adversaires. Il est difficile de fixer un objectif, sinon celui de produire le meilleur volley, avec un engagement total, une motivation sans faille, une solidarité à toute épreuve et l’intelligence nécessaire pour opérer les bons choix.

Si le résultat est important, le plaisir de participer aux joutes nationales vaut à lui seul le déplacement. C’est une aventure mémorable et une expérience qui compte, sur le moment et pour l’avenir.

Les résultats seront donnés, en live ou presque sur le groupe facebook du VBC Porrentruy.

Autre date à retenir : l’assemblée générale annuelle du VBC Porrentruy aura lieu vendredi 29 mai 2015. A une heure et dans un lieu qui seront communiqués prochainement.

 

// La fête fut magnifique à l’Oiselier, malgré la non-promotion

12.04.2015

Le très nombreux public de l’Oiselier a remarquablement encouragé les jeunes Bruntrutaines.

Il a été conquis par le spectacle. En fin de match, les joueuses l’ont chaudement remercié.

 

 

Le dernier match de l’exercice 2014-2015 à l’Oiselier a été à l’image de la saison : haut en couleurs, dans un remarquable esprit de fête, avec beaucoup d’émotions. Il n’aura manqué qu’une chose : le succès. S’il nourrit des regrets pour avoir perdu 3-0 à Laufon, le VBC Porrentruy n’a rien à se reprocher face au 3e prétendant à la promotion en 1re ligue, Gerlafingen, qui alignait deux joueuses étrangères de haut niveau, à l’instar de la médaillée de bronze des Jeux olympiques de 2004, la Cubaine Aniara Munoz !

Porrentruy a ainsi perdu 3-1 (lire le compte rendu), mais, avec bravoure et intelligence de jeu, il a démontré qu’il peut prétendre à la 1re ligue. Ce ne sera pas pour cette fois. Il y a un nouveau très beau projet à construire sur cet ultime match, qui a conquis les près de 300 spectateurs qui avaient pris d’assaut l’Oiselier.

Les 17 équipes du VBC Porrentruy ont ainsi bouclé les 262 matches officiels à leurs programmes. La saison 2014-2015 appartient à « l’histoire ». Sauf pour une équipe, les filles M17, championnes régionales qui disputeront les finales suisses, les 25-26 avril à Tenero au Tessin. Encore un challenge de haut rang pour le VBC Porrentruy